Être parents… tâche ou privilège?

1er juin – Journée mondiale des parents

Lorsque l’on prend connaissance de la pensée de l’ONU traitant du sujet, c’est avant tout un amalgame de responsabilités, de rôles importants et de possibilités d’épanouissement pour tous et chacun.

La responsabilité première des parents a toujours été de prendre soin des enfants, de les protéger et d’assurer le développement harmonieux de leur personnalité. La famille doit garantir un climat de bonheur, d’amour et de compréhension pour permettre aux enfants de mieux grandir et affronter l’avenir. La Journée rend hommage au dévouement des parents, à leur engagement et leur sacrifice pour assurer l’avenir de leurs enfants.

Dans sa résolution 66/292 du 17 septembre 2012, l’Assemblée générale a décidé de proclamer le 1er juin, Journée mondiale des parents, pour mettre à l’honneur les parents du monde entier.

Depuis les années 80, le rôle de la famille a de plus en plus retenu l’attention de la communauté internationale. L’Assemblée générale a adopté plusieurs résolutions, et proclamé l’Année internationale de la famille et la Journée internationale des familles.

Cette Journée mondiale reconnait le rôle essentiel des parents dans l’éducation, l’épanouissement et la protection des enfants. Pour le bon développement de leur personnalité, les enfants doivent grandir dans un environnement familial sain et dans une atmosphère de bonheur, d’amour et de compréhension.

Les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030 adoptés par les dirigeants mondiaux en 2015, comprennent notamment l’élimination de la pauvreté, la promotion d’une croissance économique partagée, le développement social et le bien-être des personnes et la protection de l’environnement. Les familles sont au centre de la vie sociale en assurant le bien-être de leurs membres, l’éducation et la socialisation des enfants et des jeunes tout en prenant soin des personnes âgées.

Extrait du site des Nations Unies http://www.un.org/fr/events/parentsday/index.shtml

En savoir plus

Facteurs de risque

Saviez-vous que des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire sont présents dès l’âge de 20 ans ?

Neuf personnes sur dix présentent au moins un facteur de risque comme l’hypertension artérielle, l’obésité, le tabagisme, la sédentarité et le diabète.

Faites chuter les risques. Consultez l’article publié dans le Journal de Québec. Voir l’article.

Saviez-vous qu’une personne sur deux développera un cancer au cours de sa vie?

En assurance vie, il faut être en bonne santé pour se prévaloir d’une couverture. La prime ou le cout est basé sur le risque. Des assurances vie sans questions de santé sont offertes, mais à un cout plus élevé et ne couvrent pas les deux premières années d’adhésion. Seulement, les primes sont remboursées.

En santé aujourd’hui, comptez sur Complément+, l’assurance vie payable le jour même du décès. Appelez dès maintenant !

 

 

Faire une recherche d’assurance vie

À la suite d’un décès, souvent les liquidateurs recherchent le nouvel assureur d’un contrat d’assurance vie acheté il y a longtemps.

La prestation versée à la personne bénéficiaire ne fait pas partie de la succession.

À certaines conditions, il est possible de faire une recherche de police d’assurance vie dans le site Web de l’Ombudsman des assurances de personnes au www.oapcanada.ca.

 

Au décès, par où commencer?

Les premières démarches sont nécessaires et doivent être exécutées conformément à la loi sur les successions. Les voici succinctement :

  • Vérification de l’existence d’un contrat d’arrangements funéraires
  • Obtention de la déclaration de décès du salon funéraire
  • Obtention du certificat ou copie d’acte de décès de la direction de l’état civil du Québec. Ces documents sont requis lors de la demande de la recherche testamentaire à la Chambre des notaires ou au Barreau du Québec
  • Recherche du dernier testament
  • Demande de recherche testamentaire
  • Ouverture ou fermeture du coffret de sureté
  • Ouverture d’un compte de succession

Consultez les démarches à faire à la suite d’un décès et n’oubliez pas de faire un simple appel chez Complément+, l’assurance vie versée le jour même du décès.

Qu’advient-il des assurances vie non réclamées et comment s’informer de leur existence?

C’est la loi sur les biens non réclamés qui régit au Québec le sort des prestations d’assurance vie non réclamées. Dès qu’une prestation devient exigible, c’est-à-dire au moment où l’assureur est informé du décès de l’assuré, à défaut, à partir de son 100e anniversaire de naissance, les sociétés d’assurance ont trois années pour tenter d’informer le bénéficiaire par l’envoi d’un avis à la dernière adresse connue à la suite d’une recherche. Après trois ans, l’assureur a l’obligation de remettre la somme au ministre du Revenu, celle-ci devenant ainsi un « bien non réclamé ».

Consultez le site de Revenu Québec, à la page du Registre des biens non réclamés.